L’emplacement primordial mais pas seulement

Dans un contexte de rĂ©cession, les enseignes sont très exigeantes. Celles qui se dĂ©veloppent aujourd’hui cherchent le produit « parfait ». La localisation n’est plus le seul critère. ĂŠtre prĂ©sente oui, mais pas Ă  n’importe quel prix. La localisation reste un critère essentiel mais il ne fait plus tout. Elles prennent aujourd’hui en compte l’Ă©volution rapide du comportement d’achat du consommateur.

Elles recherchent donc le produit idéal en termes :

  • de surface : la taille du local correspond-elle Ă  l’image, au positionnement, au concept de l’enseigne ?
  • de configuration : la surface en rez-de-chaussĂ©e est-elle suffisante ? les circulations sont-elles optimales ? quelle est la proportion de surfaces exploitables en sous-sol et en Ă©tage ?
  • de façade : la visibilitĂ© est-elle suffisante ? la vitrine est-elle adaptĂ©e pour y prĂ©senter les produits ?

Les enseignes ne sont plus prêtes à faire autant de concessions qu’auparavant pour obtenir un emplacement. Elles sont sélectives et si le produit ne correspond pas à l’ensemble du cahier des charges, elles abandonnent souvent le projet. Des efforts doivent être faits par le cédant (en cas de cession) et le bailleur. Cette flexibilité est d’autant plus vraie que le marché peine. Les délais de réflexion des enseignes s’allongent encore, témoignant de leur extrême circonspection et de leur difficulté à se décider.

Surtout il est complexe d’apprĂ©hender le rĂ©el apport d’une boutique aujourd’hui : La comparaison entre l’outil internet et l’outil physique, la contribution ou le manque Ă  gagner de l’un pour l’autre. La qualitĂ© de l’emplacement doit donc ĂŞtre accompagnĂ© d’une stratĂ©gie de communication globale. Le commerce vit une forte mutation et il s’agit pour les enseignes de ne pas louper le virage ! On ne dira plus emplacement, emplacement et toujours l’emplacement mais « emplacement connecté ».

Source : CBRE – MdB